fbpx

Discussion avec Sylvie Mouchenik, naturopathe

Portrait de Sylvie Mouchenik (grand format)

Discussion avec Sylvie Mouchenik, naturopathe

Julie Berger (J.B.) : En quelques mots, peux-tu te présenter et nous dire ce qui t’anime au quotidien ? 

Sylvie Mouchenik (S.M.) : Je viens de Marseille, ville dans laquelle je suis arrivée lorsque j’étais bébé. Passionnée par le bien-être depuis toujours, je suis tombée dans la naturopathie un peu plus tard, lors de ma première grossesse. Depuis, j’ai découvert et développé d’autres intérêts notamment pour l’écologie, le jardinage, la psychologie et la communication non violente.

Ma passion pour le jardinage est de plus en plus importante. C’est devenu aujourd’hui une activité que j’assimile à de la méditation car elle me permet de me reconnecter à moi-même…

J.B. : Peux-tu nous dire les 3 mots qui te définissent ? 

S.M. : Après avoir questionné mes amis et réfléchis sur leurs retours, l’empathie, l’ouverture d’esprit et la sensibilité sont les trois adjectifs qui me caractérisent le mieux. 

J.B. : Si tu n’étais pas naturopathe, quelle serait ta profession ? 

S.M. : Travailler dans une pépinière, notamment sur les plantes médicinales !

 

Plantes naturelles et bouteille d'eau

J.B. : Quand et comment as-tu découvert la naturopathie ? 

S.M. : C’est un intérêt qui a surgit lors de ma première grossesse, en 1993. Je ne venais pourtant pas du tout d’un milieu adepte à ces principes et pratiques. Cela s’est fait tout naturellement, comme une évidence. Cette passion soudaine pour les médecines naturelles accompagnée d’une remise en question des médicaments traditionnels, m’a amené à lire et écouter beaucoup de conférences sur ces sujets, et de fil en aiguille grâce à la longue formation qui a suivie j’ai pu en faire mon métier.

J.B. : En parlant de ca, quelle formation as-tu suivie ?

S.M. : Travaillant dans le monde du spectacle en tant que costumière et accessoiriste, j’ai décidé d’entreprendre une reconversion professionnelle en 2008. J’ai suivi en 2011 la formation intensive proposée par Euronature, agréée FENA (Fédération française des Écoles de Naturopathie).  

J.B. : Comment qualifierais-tu ton type d’enseignement ? 

S.M. : J’ai à coeur de partager des choses concrètes et accessibles à tous, dans la joie et la bonne humeur. Je cherche à sensibiliser mes élèves aux méthodes naturelles afin d’optimiser leur santé et leur bien-être. Il est également important pour moi d’intégrer à mon enseignement les grandes bases du développement durable, qui se doit d’intégrer des stratégies environnementales, sociales et humaines. 

J.B. : Comment et pourquoi être devenue enseignante ? 

S.M. : L’enseignement me permet de partager des outils préventifs à un plus grand public. On sort de la consultation classique à vertus thérapeutiques pour être dans le partage et la transmission. C’est un bonheur de voir émerger des passions naissantes chez les élèves et des résultats concrets sur leur santé et leur bien-être. 

Il m’arrive également d’enseigner à de vrais passionnés, l’échange est alors très enrichissant. 

Près de 80% de mes clients ont entre 18 et 30 ans. C’est une motivation supplémentaire pour moi de voir que les nouvelles générations s’intéressent à ces sujets. On sent que l’avenir est en train de changer ! 

Huile au thym et au romarin (grand format)

J.B. : Qu’est-ce-que la naturopathie t’apporte au quotidien ? 

S.M. : Le bien-être, la santé et surtout l’épanouissement ! Mais aussi le grand bonheur de voir des bons résultats chez mes clients…

J.B. : Que souhaites-tu transmettre et partager lors des capsules de naturopathie ? 

S.M. : Mon objectif est que mes élèves arrivent à bien comprendre comment fonctionnent leur corps et leur esprit et qu’ils puissent commencer rapidement à prendre soin naturellement de leur santé pour prévenir de maux variés. Cela passe surtout par un mode de vie sain, que ce soit en termes d’alimentation, d’équilibre émotionnel ou d’équilibre physique. Je souhaite également sensibiliser les élèves aux grandes bases du développement durable évoqués plus tôt. 

J.B. : Que dirais-tu à tous ceux qui pensent que la naturopathie n’est pas pour eux ? 

S.M. : La naturopathie, c’est juste un retour aux sources et du bon sens. Ce sont des remèdes de grand-mère qui réapparaissent et des pratiques venant des quatre coins du mondes qui ont fait leurs preuves. L’idée est d’essayer d’éviter de tomber malade grâce à tous ces moyens naturels, pourquoi ne pas essayer ? 

J.B. : Un lieu qui t’inspire ?

S.M. : Mon petit bout de jardin !

J.B. : Ta citation préférée ?

S.M. : “J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé” – Voltaire

J.B. : Un livre que tu recommandes ? 

S.M. : Pour mieux comprendre la philosophie de la naturopathie, je recommande “Le pouvoir du moment présent” d’Eckhart Tolle. Pour un moment de détente j’aime beaucoup “Un aller simple” de Didier Van Cauwelaert, et de manière générale tous ses livres. Je suis une grande amatrice de cet auteur !

J.B. : Et un film ? 

S.M. : “La belle verte” de Coline Serreau (disponible sur Youtube)

J.B. : Pourquoi avoir décidé de faire partie de l’aventure Nostaa ? 

S.M. : Pour rendre accessible à un plus grand nombre de personnes des connaissances sur des sujets qui me tiennent à coeur ! Cet objectif de transmission est celui qui porte cette aventure et que je partage complètement !

 

1 Comment
  • Emmylou
    Posted at 20:54h, 10 novembre Répondre

    Super l’interview! Ça donne envie…

Post A Comment